La première question qu’on se pose quand on veut voter c’est : qu’est-ce qu’on veut comme société?

 

La réponse ne doit pas être – élire un parti politique. Non! La seule qui à notre avis va faire progresser le Québec est celle qui va permettre le renouvellement de notre démocratie en mettant aux normes nos institutions dans le cadre d’une Constitution, ce que nous nommons notre projet de société.

 

Aucun parti ne croit moins au besoin d’améliorer la démocratie que les vieux partis. C’est compréhensible, tout le pouvoir est concentré dans les mains du chef de parti. En toute logique, tous les partis politiques actuels «excepté le Parti Citoyens au pouvoir du Québec» existent pour prendre le pouvoir » et surtout pour ne pas le partager avec les citoyens.

 

En conséquence, ils profitent de l’état actuel de la démocratie et ils ne veulent rien changer. Il ne veulent que s’échanger le pouvoir entre pareils aux-mêmes.

Au contraire, le Parti Citoyens au Pouvoir du Québec existe pour donner le pouvoir aux citoyens. (Démocratie participative)

 

Il faut donc permettre la création d’une Assemblée constituante . (démocratie directe)

 

Écrire notre constitution, c’est ce qui nous unira!

 

C’est vous qui :

 

  1. – Écrirez (sans partisanerie, sans politicien) la Constitution du Québec;

 

  1. – Décidez dans quel genre de société vous voulez vivre en harmonie les uns avec  les autres;

 

  1. – définirez le projet collectif qui nous unira socialement et économiquement;

 

  1. – remettrez les politiciens à votre service.

 

Un seul mandat au gouvernement.

Après ce mandat le Parti Citoyens au pouvoir du Québec se dissout.

 

Pendant notre mandat

Mise en place de la démocratie participative.

 

Nous allons gouverner sans partisanerie, par le fait même, sans peur ni retour d’ascenseur! Nous serons prêts à faire des alliances stratégiques avec d’autres partis pour soumettre ou appuyer des projets de lois qui ont du sens pour tous les québécois et pour les députés représentant vraiment leur circonscription.

 

Nos députés seront de vrais représentants de leur circonscription. La ligne de parti ne sera utilisée que pour s’assurer que notre engagement premier puisse se réaliser en toute indépendance.

 

Pour une des première fois au Québec, des députés travaillent pour leur circonscription puisqu’ils ne pourront pas briguer un autre mandat après la prise de pouvoir. Et de plus tous les mandataires(député) seront sur des sièges éjectables, donc redevable aux citoyens de leurs circonscription. Un mécanisme d’expulsion de part ces concitoyens ou le parti sera mis en place . (destitution)

 

C’est pourquoi, durant notre mandat, notre principale préoccupation sera d’en finir avec les mauvaises pratiques de nos institutions existantes. Nous ferons le ménage pour accueillir votre nouvelle Constitution du Québec.

 

Si pour noyauter le Québec, un autre parti politique décide d’entreprendre le processus de signature de la constitution canadienne existante, nous allons nous y opposer.

 

NOUS ALLONS remettre aux normes nos institutions.

 

Notre programme en deux (2) volets:

 

Convocation d’une Assemblée Constituante tirée au sort, populaire et non    partisane, afin d’écrire la première Constitution du Québec.

 

  1.  Durant notre mandat. Remise aux normes de nos institutions. Pour en finir avec la mauvaise gestion, les conflits d’intérêts et les privilèges. Ainsi, nous serons prêt à accueillir de nouvelles institutions démocratiques telles que définies lors de l’implantation de la Constitution du Québec.

 

 

  •  Convocation d’une Assemblée Constituante tirée au sort.

 

 

Une Constitution est la loi qui encadre l’intégralité du processus démocratique et qui jalonne ce qu’un gouvernement peut et ne peut pas faire. C’est la loi des lois. C’est la loi qui définit les paramètres pour se faire un projet de société.

 

Ce n’est qu’une fois dotés de leur propre Constitution que les Québécois pourront vivre et prospérer dans un système politique qui pourra leur donner plus d’emprise sur leurs représentants. Une emprise qui ne s’exercera pas seulement aux 4 ans.(Démocratie directe)

 

Les principales étapes:

 

  1.  Convocation. Dans les plus brefs délais . Convocation d’une Assemblée constituante tirée au sort.

 

  1.  Référendum. À la fin du processus (environ deux ans), la Constitution sera soumise à un référendum exécutoire.

 

  1.  Financement et expertise. Notre gouvernement mettra à la disposition de cette Assemblée constituante tous les moyens nécessaires et expertises indépendantes requises pour la bonne marche de ses travaux.

 

  1.  Influence et promotion. Notre gouvernement s’assurera qu’aucune pression directe ou indirecte ne soit exercée par les partis politiques. Dans l’éventualité où un parti politique ou groupe déroge à ces directives, nous agirons fermement, directement ou indirectement pour contrer cette influence partisane. Afin d’assurer la plus grande impartialité, la promotion et l’information proviendront de l’Assemblée constituante et pourront au besoin être exceptionnellement sanctionnées par notre gouvernement. Tous les travaux de l’Assemblée constituante seront diffusés en direct.

 

  1.  Indépendance et représentativité. Les citoyens chargés de rédiger cette constitution seront tirés au sort parmi des volontaires préalablement soumis à des critères de capacité et de représentativité appliqués de manière transparente. Ceux-ci devront refléter la pluralité de notre société, selon des profils socioéconomiques, ethniques etc. Ils devront représenter l’ensemble des régions administratives du Québec.

 

  1.  Durée des travaux et rémunération. Salaire pourrait être étant le même qu’un simple député. Afin de promouvoir la nouvelle constitution, les membres de l’Assemblé constituante pourraient être sous mandat (consultatif) et rémunérés pour une durée additionnelle de 2 ans après le référendum confirmant l’acceptation de la Constitution proposée. Un barème de dépenses admissibles sera mis en vigueur. Celui-ci sera public et mis à jour régulièrement.

 

  1.  Mise en vigueur. Les dispositions de cette nouvelle Constitution seront progressivement appliquées.

 

  1.  Question nationale. La question nationale territoritorial sera abordée séparément.

 

 

  •  Remise aux normes de nos institutions.

 

 

Pendant les travaux de la Constituante, notre gouvernement s’occupera de faire le ménage dans nos institutions. En douceur, mais fermement. Nous allons corriger les déviances de nos institutions, celles qui se sont accumulées au gré du temps et des compromis électoralistes des vieux partis politiques.(ouvrir les livres de chaque paliers gouvernementales et vérification par compagnie comptable externe et sous surveillance citoyenne.)

 

Les gens doivent s’informer davantage sur le Parti Citoyens au Pouvoir.

 

Les médias ne cessent de propager l’illusion que ce Parti est comme les autres, avec seulement une vision populiste, ce qui est absolument faux. Le Parti Citoyens au Pouvoir est tout le contraire.

À la base, le CAP ce sont des gens comme vous et moi, de milieux différents, écœurés du système politique actuel et de sa corruption, et désirant le changer de l’intérieur pour que le peuple puisse enfin proposer, délibérer et voter sur chaque aspect décisionnel de notre société.

 

Pour ceux qui comprennent vraiment la démocratie directe, l’existence même d’un chef, de dirigeants et de représentants, est à l’antipode (le contraire) de la vraie démocratie.

 

Mais que faire d’autre, pour donner l’accès au peuple à ce droit légitime, celui de décider par nous-mêmes de la constitution et des lois qui nous régissent ?

 

Depuis la venue d’internet et des technologies de communications, cette avenue nous est maintenant possible avec une facilité incroyable.

 

Nous avons cette possibilité d’exposer nos opinions sur différents sujets, en quelques clics. Avec Facebook, Twitter et bien d’autres plateformes, nous exposons déjà nos opinions, notre mécontentement, notre approbation, des solutions ou simplement par divertissement.

 

Sauf que pour l’instant, rien ne change, simplement parce que notre voix ne compte pas dans la balance de notre système politique actuel…