Plateforme Campagne électorale 2018

 

C’est avec une immense fierté que les membres de l’exécutif de Citoyens au pouvoir du Québec vous dévoilent la base de leur plateforme électorale pour l’élection provinciale qui se tiendra cet automne.

Joignez-vous à nous.

Devenez membre et donner un meilleur avenir à vos enfants.

 

Politique – Démocratie directe & participative

Plateforme Campagne électorale

2018

CAPDQ

Citoyens au Pouvoir

du Québec

 

 

Historique

Sous le nom de la coalition pour la constituante, le parti voit le jour en septembre 2011. Il obtient l’autorisation officielle du directeur général des élections du Québec (DGEQ) en juin 2012, ce qui lui permettra de présenter 29 candidats pour une première élection en septembre 2012, comme parti indépendant, non enregistré au DGEQ comme parti officiel.

 

En 2013, le parti changera de nom pour Parti des Sans Parti, à ce moment, le parti présentera 5 candidats à l’élection de 2014, avec Frank Malenfant comme chef intérimaire.

 

En 2015, Parti des Sans Parti devient, Sans parti – Citoyens constituants. Cumulant de l’expérience et à force de travail acharné, le parti monte une équipe de bénévoles œuvrant dans différents domaines.

 

 

Décembre 2016, nomination de Bernard Gauthier comme chef et le parti procède à un dernier changement de nom et devient : Citoyens au Pouvoir du Québec. Janvier 2018, nomination de l’activiste et homme d’affaires Stéphane Blais, CPA, VP du mouvement intégrité Québec, à titre de chef par intérim du parti. Sous sa gouverne, le parti prévoit présenter 125 candidats aux élections à l’automne 2018 et solidifier ses finances en vue d’augmenter sa visibilité auprès du grand public.

 

 

Le parti a pour mandat de promouvoir et d’établir la démocratie directe pour et par le peuple Québécois.

 

Citoyens Au Pouvoir du Québec n’est pas une formation politique comme les autres.

Libre de toute attache partisane ou idéologique, le parti est un véhicule mis à la disposition des citoyens, pour qu’ils aient enfin, leur mot à dire à l’Assemblée nationale du Québec.

Les Citoyens au Pouvoir du Québec ne veulent plus laisser la classe politique confisquer la démocratie au profit des intérêts d’une oligarchie financière qui n’a à cœur que la maximation de ses propres intérêts pécuniers.

Notre formation politique est constituée de citoyens désirant avoir leurs mots à dire sur le fonctionnement de l’État.

L’ensemble des citoyens du Québec sont les seuls à avoir la légitimité du droit naturel pour décider du bien commun et pour rédiger une future constitution du Québec et/ou des régions du Québec ou de modifier la Constitution actuelle du Québec.

 

 

Message de Stéphane Blais, chef par intérim de Citoyens au pouvoir du Québec

 

Cynisme et politique

Le cynisme de la population envers la politique, comme nous la constatons aujourd’hui, est tout à fait compréhensible et légitime. Depuis notre tendre enfance, on nous enseigne que nous vivons en démocratie, que nous avons le pouvoir, que nous sommes libres et même tous égaux devant la loi.

Force nous est de constater que ces discours institutionnels véhiculés dans nos écoles, dans nos universités et surtout dans les médias traditionnels créent de plus en plus une distorsion entre la réalité objective que nous constatons par nous-mêmes, et ce qu’on tente de nous faire croire.

Constats

Le régime parlementaire dans lequel nous vivons (je devrais dire qui nous est imposé) permet à une classe dite politique de « surfer » sur carrière aux services de ses propres intérêts et au service des intérêts de ceux qui les aident à se maintenir au pouvoir. Ceux qui ont et contrôle l’argent possèdent à la fois le capital et le contrôle de l’information.

Ces deux éléments, contrôle de l’information et du capital, permettent à la classe dirigeante d’influer fortement et même de s’acheter les faveurs des élus et des fonctionnaires.

Tout comme la plupart des québécois, je suis à titre personnel pour le libre marché, la libre entreprise, la libre circulation de l’information et les libertés individuelles. Toutefois, force est de constater que nous sommes dans un marché où l’information est contrôlée par des cartels de l’information; nous sommes dans une société où nos élus ont voté des lois permettant aux mieux nantis de respecter la loi en ne payant pas ou très peu d’impôts en ayant recours à des traités de non double imposition avec des paradis fiscaux (note); nous sommes dans une société où les élus créent des déficits publics (laxisme volontaire) afin de faire financer ces déficits gigantesques par un cartel bancaire privé qui engrange des profits mirobolants année après année alors que ces déficits pourrait être financés par une banque centrale publique, que ce soit la banque du Canada et / ou une banque centrale du Québec dans un État du Québec qui pourrait devenir souverain si ses citoyens en décidaient ainsi.

À titre indicatif, saviez-vous que juste la non utilisation de la banque du Canada pour financer nos déficits publics et la mise en place des accords de non double imposition avec des paradis fiscaux nous ont coûté près de 1 500 milliards de dollars en surcharge financière depuis le début des années 80. Des études publiées par le COMER et le réseau pour la justice fiscale corroborent ce gaspillage mirobolant juste pour le palier fédéral.

 

Pourquoi avons-nous laissé de telles aberrations se produire selon vous?

Réponse : Silences médiatiques (ou analyses biaisées) et absence volontaire d’éducation sur ces matières dans nos institutions d’enseignement.

 

Quelles sont nos solutions?

 

Comment faire cesser ces hémorragies à nos dépens?

 

Une des solutions : Réformer nos institutions dites démocratique en profondeur en y insérant votre pouvoir décisionnel sur chaque enjeu que vous jugerez important.

Le programme de citoyens au pouvoir du Québec se veut réformateur, pour ne pas dire « révolutionnaire » au sens pacifique du terme. Il vous offre la clef de voûte de votre libération. Il nous offre de nous responsabiliser et de nous donner le pouvoir qui nous revient de droit naturel.

En fait, voter pour le parti Citoyens au pouvoir du Québec c’est ne pas avoir peur de la véritable démocratie directe et semi-directe.

 

Je tiens à préciser qu’avant d’accepter cette nomination comme chef par intérim de citoyens au pouvoir du Québec, j’ai soumis à l’exécutif du parti mes conditions de base afin de m’assurer d’être à la bonne place, au bon moment et ce, en toute concordance avec mes convictions profondes.

Voici la liste de mes convictions de base qui, selon moi, permettra à notre société québécoise et, je l’espère, à tout peuple qui se respecte, d’amorcer un véritable changement qui transformera notre société en une société plus participative, plus transparente, plus intègre, plus efficace et plus réactive aux besoins du citoyen.

 

 

Voici selon ma perspective les 7 objectifs à atteindre pour redonner le pouvoir aux citoyens dans notre Québec d’aujourd’hui et de demain :

  1. Développer des aptitudes concrètes à être un(e) citoyen(ne)-leader responsable;
  2. Permettre aux citoyens et aux représentants des citoyens d’initier des pétitions qui déclenchent un processus référendaire sur tout sujet et en tout temps;
  3. Posséder une constitution / ou des constitutions ouvertes qui peuvent être modifiées par référendum populaire ;
  4. Interdire le carriérisme politique (un seul mandat, une fois au pouvoir);
  5. Procédures de rappel des députés ou fonctionnaires incompétents;
  6. Élire certains fonctionnaires et avoir le pouvoir de les relever de leurs fonctions en tout temps : Le chef de la SQ; le chef de l’UPAC; les juges; le protecteur du citoyen; le directeur général des élections et le vérificateur général ;
  7. Interdire la création monétaire ex-nihilo (Prêt bancaire qui crée la monnaie à partir de rien, comme c’est le cas présentement) par les banquiers privés dans la constitution.

 

 

Chers amis, je vous laisse maintenant prendre connaissance de votre programme et sachez que celui-ci devra constamment évoluer grâce à vos interventions, grâce aux débats liés aux différents sujets qui habitent le programme et qui vous habitent.

 

Joignez-vous à notre force politique en pleine mouvance et prenez part à cette nouvelle révolution tranquille 2.0 qui s’impose au Québec en devenant membre du parti citoyens au pouvoir du Québec et en donnant de votre temps libre et / ou en contribuant financièrement à l’essor d’une force politique pas comme les autres. Il n’y a pas de petits dons, que ce soit en temps et/ou en argent.

 

Bienvenue à bord et merci d’y croire.

 

 

Stéphane Blais, L. Sc. Compt., BA, CPA auditeur, CGA

Chef par intérim de citoyens au pouvoir du Québec

 

 

Introduction

 

Il est d’ores et déjà possible de se doter d’outils démocratiques performants :

Ces outils sont, entre autres, une Assemblée constituante, des consultations populaires en mode continu et/ou des référendums d’initiative populaire qui permettront de pallier à l’encrassement du système parlementaire actuel et feront en sorte que les décisions du PEUPLE influent directement vers les divers corps qui composent l’État québécois.

 

Quelles sont les différentes missions du parti Citoyens au Pouvoir du Québec (CAPDQ)?
  • Le parti CAPDQ mettra en place cette assemblée constituante, sans partisanerie.

 

  • Le but du parti  CAPDQ n’est pas d’instaurer une Constitution, car cette Constitution doit être créée ou modifiée par une assemblée citoyenne dite Assemblée constituante;

 

  • Citoyens au Pouvoir du Québec travaille en mode pyramide inversée (Base citoyenne apparaît dorénavant en haut, alors que les mandataires élus occupent dorénavant le bas de la pyramide);

 

  • Le parti travaillera ainsi du haut vers le bas dans ses décisions pour mettre des gens (mandataires) en place à l’Assemblée nationale;

 

  • Dans un deuxième temps, le travail s’exécutera de bas (mandataires) en haut (peuple) de la pyramide, car le peuple sera systématiquement consulté lorsque les mandataires ou le peuple jugeront les enjeux importants.    

 

  • La démocratie directe sera utilisée, dès que CAPDQ prendra le pouvoir et ce, en parallèle avec la rédaction la nouvelle constitution (ou modification de la constitution actuelle) qui se fera par l’Assemblée constituante.

 

  • En attendant la fin des travaux de l’Assemblée constituante, le parti du CAPDQ instaurera la transparence totale, mettra en place des mesures simples qui assureront l’élimination des conflits d’intérêts (ou apparence de conflits d’intérêts) dans l’appareil public et gouvernemental ; identifiera les zones de dilapidation évidente et inutiles des deniers publics et instaurera l’imputabilité des élus et de tous les cadres de la fonction publique. C’est ce qu’on entend par faire le ménage.

 

Mettre les bonnes personnes sur les bons sièges à l’assemblée Nationale à Québec
  • Les élus (MANDATAIRES DU CAPDQ) devront impérativement représenter les citoyens de leur circonscription en pratiquant la démocratie participative.
  • Aucune décision ou loi, jugée importante par les citoyens, ne devra être votée sans l’accord de ceux-ci (DÉMOCRATIE DIRECTE PARTICIPATIVE) sous peine que le mandataire fasse l’objet d’une procédure de rappel (destitution du mandataire) votée en référendum par les citoyens de sa circonscription et ce, quel que soit son poste à l‘Assemblée nationale. 

 

Changer le modèle Québécois

  • Afin d’assurer le caractère démocratique des principales décisions gouvernementales, Citoyens au Pouvoir entends bien mettre sur pied un processus de consultation et de validation populaire, lors de l’élaboration des budgets à tous les niveaux, c’est-à-dire à tous les ministères. Avoir une approche dite « table rase», et proposer un État stratégique plus souple, plus décentralisé, plus près des citoyens afin de favoriser une proximité citoyenne entre l’individu et l’appareil étatique.

 

A livre ouvert
Comment s’instaurerait la démocratie directe avec l’accès au pouvoir du Parti (CAPDQ) Citoyens au Pouvoir du Québec?

 

Règles premières:
  • Que tous les mandataires du parti CAPDQ, de chaque circonscription, soit dans l’obligation de faire des consultations populaires et en devient le diffuseur, présent sur les réseaux sociaux et physiquement disponible, dans la mesure du possible. En bref, multiplier sa visibilité.
  • Droit aux citoyens de destitution de son mandataire.

 

Droit aux Citoyens
  • CAPDQ mettra en place un système de démocratie participative obligatoire pour chaque région administrative du Québec ainsi que dans les régions administratives subdivisées en circonscription, telle la carte électorale du DGEQ.         

 

 

 

 

Vision et Actions

 

1. – Réforme institutionnelle

 

1.1 – Application de la démocratie participative (directe) obligatoire par tous nos mandataires (candidats).  
  • Modèle Suisse lors d’année électorale (par la poste)
  • Par application numérique (facilité et rapidité du vote) ou assemblée physique (Favorise l’interaction entre le mandataire et le citoyen)
  • Lors d’échange d’idées, pour ou contre les propositions (aidé d’amendements pour l’amélioration) Compilation des données. Résultat.

 

 

1.2 – Pouvoir au Peuple de se prononcer sur chaque grand enjeu par référendum populaire.
  • Le droit aux citoyens d’édicter leurs propres lois, de rendre la justice et désigner les fonctionnaires. Considérant que la souveraineté est indivisible, chaque citoyen ne peut donc pas détenir en partie, mais c’est l’ensemble des citoyens qui la détient. Cette forme de démocratie fait que le citoyen par l’intermédiaire d’un représentant élu, donne le pouvoir de les représenter, les citoyens peuvent intervenir en tout temps.  

 

 

1.3 – Destitution possible d’un élu par le peuple
  • La possibilité de révoquer des élus par référendum. Le référendum révocatoire s’appliquerait à tous les paliers  gouvernementaux. Si on n’est pas satisfait d’un élu, nous devrons recueillir un nombre suffisant de citoyens qui disent ‘nous voulons un référendum, à ce moment, on organise un référendum pour dire si oui ou non la personne reste. La Croatie, la Suisse, l’Italie, États américains : tel que Wisconsin, l’Arizona et le Michigan.

 

 

1.4 – Réforme complète du système électoral
  • Modèle Suisse : La représentation proportionnelle telle que appliquée en Suisse permet à l’électeur de panacher les listes, c’est-à-dire que l’électeur, disposant d’autant de votes qu’il y a de candidats à élire, a la possibilité de les partager entre plusieurs candidats des différents partis.
  • En Irlande, le vote unique transférable, autorise l’électeur à ranger les candidats par ordre de préférence.

 

 

 

2. – Formation d’une assemblée constituante

  • Première étape : Tirage au sort d’un panel de citoyens 
  • Deuxième étape : Création d’un réseau social avec trois sortes d’utilisateurs
  • Troisième étape : Le vote et la désignation des Constituants
  • Quatrième étape : L’adoption au suffrage universel, par bloc, de la nouvelle Constitution ou des révisions apportés à la constitution actuelle
  • Cinquième étape: Adoption par l’Assemblée nationale de la Constitution dans son ensemble
  • Sixième étape: Adoption de la Constitution dans son ensemble par référendum (procédure effectuée seulement si le projet de Constitution était rejeté par l’Assemblée nationale à l’étape 5)

 

 

 

3. – Saine gestion des fonds publics et transparence totale

  • Comités permanents et firmes de consultants indépendants.

 

 

 

4. – Exploitation responsable et stratégique de nos ressources naturelles

  • L’influence des grandes entreprises du secteur des ressources naturelles est importante et doit être contenue dans le cadre du projet de société que nous nous donnerons. Le Québec est riche en ressources naturelles et doit exploiter cette richesse avec vision, pour aujourd’hui et pour demain.
  • Ressources naturelles, transformation au Québec et décentralisation, doivent aller de pair avec modération et progression stratégique et prudente pour ne pas créer des monstres économiques fluctuants aux grés des marchés et de l’économie.
  • Nos ressources naturelles, notre eau, notre environnement, sont autant de trésors uniques qui font notre richesse. Avec le temps, elles prennent de la valeur, représentent notre véritable « banque » financière.

 

 

 

 

 

 

– Programme – 

 

Constitution

Contrairement à la plupart des partis politiques existants, Citoyens au pouvoir du Québec est un parti qui est contre le concept de carriérisme politique et un parti qui souhaite servir de véhicule transitoire pour enfin permettre d’instaurer un gouvernement du peuple, pour le peuple et par le peuple.

Pour ce faire, il faudra établir les règles du jeu dans la loi des lois: Notre nouvelle Constitution citoyenne.

C’est vous qui :

  • Écrirez ou modifierez la Constitution (sans partisanerie, sans incursion non    souhaitée par les élus)
  • Décidez dans quel genre de société vous voudrez vivre;
  • Définirez le projet collectif qui nous unira politiquement, socialement et économiquement;
  • Pourrez forcer les politiciens à être à votre service;
  • Pourrez statuer sur la divisibilité ou l’indivisibilité du territoire québécois; sur la forme de gouvernement que vous souhaitez avoir (république, monarchie parlementaire, parlement bicaméral ou non etc..) ; mode de scrutin; élection de l’exécutif, élection du législatif, élection ou nomination des hauts fonctionnaires clés, répartition des pouvoirs entre les régions et le pouvoir central etc.

Formation de l’Assemblée constituante

Plusieurs scénarios ont été envisagés pour former l’Assemblée constituante:  

1- Tirage au sort sur une base volontaire du citoyen intéressé à y participer et sélectionné sous différents critères de capacité et de représentativité et appliqué de manière transparente.  Ce qui est pour le CAPDQ, la manière la plus transparente et démocratique pour la formation de cette constituante.

2- Ou encore sélectionner à la manière d’un jury, soit une obligation pour tous citoyens de s’y présenter et une sélection sera faite parmi ceux-ci.  

 

  • Le nombre pourrait être de 17, soit un représentant par région administrative, qui récoltera les questions et suggestions et vote de chaque circonscription.  Pour en venir à une proposition de constitution Québécoise. Toute personne sera rémunérée pour la durée des travaux au salaire de député ou au moins égal au revenu du citoyen
  • Dans le souci d’une transparence sans faille, les travaux seront diffusés sur les réseaux sociaux ainsi que télédiffusés en continu sur la chaine de l’Assemblée nationale.
  • Les constituants pourront être appuyés par des constitutionnalistes, avocats ou tout aide ou avis d’experts serait mis à la disposition de l’Assemblée sur simple demande de celle-ci.
  • Les citoyens membres de l’Assemblée constituante seront rémunérés au plus élevé du salaire des trois meilleures années de leur vie active (indexés à aujourd’hui) ou du salaire de base d’un député (mandataire)
  • Les citoyens chargés de rédiger cette constitution seront tirés au sort parmi des volontaires préalablement soumis à des critères de capacité et de représentativité appliqués de manière transparente. Ceux-ci devront refléter la pluralité de notre société, selon des profils socio-économiques, ethniques etc. Ils devront représenter l’ensemble des régions du Québec.

 

 

Influence et promotion  

  • Un Gouvernement CAPDQ s’assurera qu’aucune pression directe ou indirecte ne soit exercée sur les constituants. Dans l’éventualité où un parti politique ou un groupe déroge à ces directives, Un Gouvernement CAPDQ avec le support de comités citoyens agira fermement, directement pour contrer cette influence partisane.
  • Enfin pour assurer l’impartialité, la promotion et l’information proviendront directement de l’Assemblée constituante.

 

 

Remise aux normes de nos institutions

  • Pendant les travaux de la Constituante, notre gouvernement s’occupera de faire le ménage dans nos institutions, par l’instauration de mécanisme d’imputabilité des fonctionnaires, par l’instauration de mécanisme de transparence totale et l’interdiction de maintenir une structure qui permet les conflits d’intérêts ou les apparences de conflits d’intérêts.  EX : UPAC et la SQ

 

 

Mise en vigueur

  • Les dispositions de cette nouvelle Constitution seront progressivement appliquées.

 

 

Question nationale

  • La question nationale sera abordée séparément

 

 

Mandat  

 

Nous allons gouverner sans partisanerie, par le fait même, sans peur ni retour d’ascenseur! Nous serons prêts à faire des alliances stratégiques avec d’autres partis pour soumettre ou appuyer des projets de lois qui ont du sens pour tous les québécois et pour les députés représentant vraiment leur circonscription. Nos députés seront de vrais représentants de leur circonscription et du Bien commun de tous les Québécois. La ligne de parti ne sera utilisée que pour s’assurer que notre engagement premier puisse se réaliser en toute indépendance. Pour une des premières fois au Québec, des députés travailleront pour leur circonscription et pour le Bien commun de tous les québécois puisqu’ils ne pourront pas briguer un autre mandat après la prise de pouvoir (un Gouvernement majoritaire CAPDQ).
C’est pourquoi, durant notre mandat, notre principale préoccupation sera d’en finir avec les mauvaises pratiques de nos institutions existantes. Nous ferons le ménage pour accueillir votre nouvelle Constitution du Québec.
Si pour noyauter le Québec, un autre parti politique décidait d’entreprendre le processus de signature de la Constitution canadienne existante sans modification de celle-ci, nous allons nous y opposer.
Nous allons remettre aux normes nos institutions.

 

Nota bene :

Souvenez-vous que nos députés travaillent pour leur circonscription et doivent représenter l’opinion de la majorité. En conséquence, ils ne votent pas nécessairement en fonction de leurs convictions, ni du programme du parti. S’ils le font, ce sera au risque d’être rappelé par les citoyens de leur circonscription.

 

 

 

 

 

Justice – Rétablir la séparation des pouvoirs

La justice est la garante de la vraie démocratie. Aucun mécanisme ne doit pouvoir l’influencer.

 

  • Proposer l’élection de juges et chefs de SQ et chefs de l’UPAC et proposer l’instauration d’une procédure de rappel pour les rendre imputables.

 

  • Création d’un registre public des délinquants à contrôler et des prédateurs sexuels.

 

  • Instaurer une peine obligatoire de remboursement intégral, incluant les frais de procédures dans les cas de détournements de fonds publics, incluant la possibilité de saisir les fonds ou biens transférés, vendus à rabais, etc., avant, pendant ou après le délit.

 

  • Nomination d’un poste d’ombudsman en chambre de la jeunesse afin de s’assurer qu’aucune mesure abusive ne soit entreprise de la part du directeur de la protection de la jeunesse et/ou de l’organisme qui serait créé dans le but de collaborer avec tout corps policier dans les d’abus ou de négligence d’enfants.

 

  • Sécurité publique : Visage à découvert dans les endroits publics et les instances gouvernementales.  

 

 

 

Santé – En finir avec la pénurie

  • Superviser l’intégration rapide de migrants, s’ils viennent travailler dans le public pour une période minimale de 5 ans après l’examen final d’acceptation. Harmoniser les critères de reconnaissance professionnelle, la réciprocité des titres professionnels dans le domaine de la santé.  

 

  • Moratoire de 4 ans sur le salaire des médecins, soit le temps ou CAPDQ sera au pouvoir ;

 

  • Mise en place de clauses contraignantes en contrepartie d’une formation universitaire à faible coût. Remboursement total des frais de formation, intérêts et pénalité pour tous les médecins allant pratiquer ailleurs qu’au Québec avant une période de probation de 10 ans.

 

  • Création de Pharma Québec, Comité permanent réglementant l’achat et la vente de médicaments au Québec.

 

  • Retour à une médecine publique et gratuite. Médecine publique sera 100% publique et la médecine privée sera 100% privée.

 

  • Majoration importante du crédit d’impôt pour les contribuables qui prennent en charge une autre personne (aidant naturel). Un aidant naturel reçoit présentement en retour d’impôt : 1500.00 $ annuellement.

 

  • Surveillance accrue des résidences de personnes âgées CHSLD, soins, nourritures, etc. Obligation de divulgation de maltraitance de tous genres.

 

  • Consultation en continu des premiers intervenants (médecins, infirmiers, infirmières préposées aux bénéficiaires) dans nos hôpitaux pour une réforme du système de santé.

 

 

Éducation – Accès et qualité

Nous prônons la gratuité scolaire de l’école primaire et secondaire et une révision des coûts reliés au niveau collégial et universitaire

 

  • Réformer les commissions scolaires ; diminuer le nombre de commissions scolaires, c’est-à-dire les regrouper par région administrative ;

– Revoir leurs fonctions et les besoins réels de ceux-ci et favoriser la participation (consultations citoyennes de chaque circonscription), dû à chaque réalité du milieu concerné ;

– Définir des mandats de dépenses strictes  pour les établissements de formation afin de limiter le gaspillage ;

– Investissements importants dans les établissements scolaires afin de redonner des environnements d’apprentissages sains et sécuritaires pour la santé de nos enfants ;

– Centraliser l’apprentissage primaire au ministère de l’éducation (savoir lire, écrire et calculer) ;

– Décentraliser les programmes de formation du secondaire au régions

– Promouvoir un ratio 1 : 1 à partir du secondaire en ce qui a trait à la Théorie versus pratique.

 

  • Augmentation des périodes d’éducation physique obligatoire, sauf sur prescription médicale.

– Offrir plusieurs choix d’activités physique selon le matériel disponible ;

– Revoir le temps des périodes actuelles de cours, puisque les périodes d’inactivité physique ne favorisent pas une attention optimale des élèves ;

– Favoriser la sport/étude selon les régions et leur environnement, utiliser les ressources et équipement en place disponible dans leur région immédiate et ce à tous les niveaux d’étude ;

Favorisons un esprit sain dans un corps sain.

 

 

Économie/Emploi

Redéfinir la mission de la Caisse de dépôt en rapport avec le support aux PME. Remettre la priorité sur la création de PME et d’emplois* de qualité. Remettre indirectement au premier plan le support aux PME**. Contrer la dominance déstabilisante des monopoles. Favoriser la répartition/diversification des entreprises « moins menaçantes » par l’importance qu’elles occupent dans toutes les régions et les conséquences de leurs départs. Prioriser le développement d’entreprises de transformation. Supporter la mise en marché des produits des PME du Québec.

 

L’emploi de qualité est synonyme d’une implication motivée des employés et générateur de plus grande compétitivité.

 

Une attention particulière de l’État doit se concentrer sur les PME. Les PME sont l’avenir du Québec et de ses régions. Elles assurent plus longtemps des emplois attachés au territoire.

 

  • Fin des accords de non double imposition avec des paradis fiscaux;

 

  • Proposer l’interdiction de la création monétaire primaire ex-nihilo aux banques à chartes; proposer de transférer la création monétaire à la Banque du Canada ou à une nouvelle banque centrale du Québec (dans un contexte où le peuple choisirait la souveraineté du Québec). Envisager de maintenir ce droit de création monétaire ex-nihilo aux coopératives de crédit;

 

  • Faire refinancer la dette publique québécoise par un consortium Banque du Canada (ou banque centrale du Québec selon le statut du Québec), coopératives de crédits (sous contrôle québécois) et caisse de dépôts et de placement du Québec;

 

  • Imputabilité et possibilité de rappel des sous-ministres en vue de contrer le gaspillage de fins d’année afin d’augmenter l’optimisation des ressources lors de l’utilisation de nos deniers publics;

 

  • Promouvoir la nécessité du coopératisme régional afin de favoriser une économie diversifiée et décentralisée (qui favorise l’essor des PME) plutôt qu’une économie qui tend à favoriser l’essor des cartels et des oligopoles :

        


Taxes foncières et impôts pour tous les organismes religieux

 

Pour CAPDQ, les croyances sont des libertés propres à chaque individu et ne doivent pas faire l’objet de privilèges organisés puisque tout humain, pris individuellement, est libre de croire en ce qu’il veut.

 

  • Dans un souci d’équité fiscale, tous les organismes religieux devront payer leur juste part de taxes foncières sur leurs biens immobiliers tout comme le font les organismes sans but lucratifs.

 

  • Dans un souci d’équité fiscale, toute portion d’activité ayant pour effet d’améliorer le bien-être de la collectivité, selon des normes clairement établies, sera exonéré d’impôt selon les règles actuellement en place.
  • Tout transfert de surplus inter-organismes fera l’objet d’une retenue d’impôts obligatoire. Toute portion ayant trait aux valeurs  des surplus transférés directement ou indirectement à l’étranger sera assujetti au taux d’impositions en vigueur selon les mêmes normes que les corporations à but lucratif.
  • Cette mesure vise à contrer l’accumulation de surplus à l’abri de l’impôt qui est souvent transférer libre d’impôts à l’étranger et vise à contrer l’accumulation de surplus qui servent à générer un train de vie élevé à certains leaders religieux, sans qu’ils aient à être assujettis à leur juste part d’impôts.

 

 

Ressources naturelles – Sous contrôle citoyen

  • Appliquer des politiques strictes de nationalisation du sous-sol québécois, de l’eau et de la forêt tout en favorisant le libre marché et les partenariats avec l’État et les PME du Québec;

 

  • L’État québécois augmentera son taux de participations dans projets d’exploration / d’exploitation et de transformation afin de faire participer la population aux résultats (profits et pertes).

 

  • Favoriser les « partenariats par projet» (joint-venture) de grandes entreprises avec l’État québécois ainsi qu’avec des  coopératives de PME dans le secteur de l’exploration, de l’exploitation et de la transformation de notre matière première.

 

  • S’assurer que les taux de redevances soient équitables pour les citoyens tout en maintenant la pérennité des projets d’exploitation de nos ressources.

 

 

Langue et culture

  • Francisation de nouveaux arrivants pour faciliter l’intégration à la langue et culture du Québec et à la région d’accueil.

 

  • Partenariat avec les commissions scolaires et le ministère de l’éducation pour mettre sur pieds un programme de francisation pour nouvel arrivant.

 

  • Obligation pour tout enfant de nouvel arrivant de faire son éducation en français, et ce sans passe-droit ;

 

  • Pour un nouvel arrivant une période de probation citoyen du Québec temporaire jusqu’à un minimum de francisation suivi d’un examen écrit et parlé.  

 

  • Se doter de plus de ressources afin de mieux appliquer la loi 101.

 

Le droit au grand public de connaître tous les faits : Pour un journalisme plus libre

 

La distorsion des fausses nouvelles (Fake news) n’est pas que l’apanage d’une minorité de blogueurs indépendants sur internet. Les grands réseaux d’informations manipulent et modulent trop souvent l’information en vue d’atteindre les objectifs propres de leurs propriétaires.

 

  • Afin de permettre à la population d’avoir accès à une information plus neutre et plus libre, nous proposons l’élection de 34 journalistes-libres, 2 par régions administratives du Québec, qui auront droit au même salaire et budget que les députés. Ainsi, le journaliste-libre aurait un mandat de servir ses concitoyens pour huit ans. Ce dernier serait élu par la population au suffrage universel et pourrait faire l’objet d’un rappel par référendum  par les citoyens au même titre que l’élu si les citoyens signent une pétition.

 

Prendre note que tout organisme de presse souhaitant recevoir ou ayant reçu de l’aide de l’État devront obligatoirement :

 

  • Laisser une pleine page par semaine à ces journalistes dans le cas d’un journal papier (minimum une fois par année pour chaque journaliste-libre).
  • Un minimum de deux articles par semaine pour chaque journal virtuel (minimum une fois par année pour chaque journaliste-libre;
  • Un minimum de temps d’antenne de 4 X 15 minutes par année pour chaque journaliste-libre sur les chaînes de Télé-Québec et sur la chaine de l’Assemblée nationale.
  • CAPQD aidera à la formation d’une coopérative d’information citoyenne qui produira sous forme papier et télévisuelle le fruit du travail des journalistes-libres élus par le peuple et pouvant être rappelés par le peuple.

 

 

 

Immigration

  • Application ferme de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.

 

  • Investir les ressources nécessaires pour mettre en application sur le territoire du Québec une pleine politique de gestion de l’immigration par le Québec comme le stipule l’entente entre le Québec et le fédéral.

 

 

Responsabilité provinciale exclusive : résidents permanents

 

9 (1) Lorsqu’une province a, sous le régime d’un accord, la responsabilité exclusive de sélection de l’étranger qui cherche à s’y établir comme résident permanent, les règles suivantes s’appliquent à celui-ci sauf stipulation contraire de l’accord :

 

Le statut de résident permanent est octroyé à l’étranger qui répond aux critères de sélection de la province et n’est pas interdit de territoire ;

Le statut de résident permanent ne peut être octroyé à l’étranger qui ne répond pas aux critères de sélection de la province ;

Le statut de résident permanent ne peut être octroyé contrairement aux dispositions de la législation de la province régissant le nombre — qu’il s’agisse d’estimations ou de plafonds — des étrangers qui peuvent s’y établir comme résidents permanents, ainsi que leur répartition par catégorie ;

Les conditions imposées à l’étranger, avant ou à l’octroi du statut de résident permanent, en vertu de la législation de la province ont le même effet que celles prévues sous le régime de la présente loi.

 

 

La Question de l’immigration sera abordée en assemblée constituante pour transformation ou modifications par les citoyens du Québec.

 

 

 

 

La démocratie participative (directe) est un droit pour tous les citoyens

Joignez-vous à nous et

Devenez membre !

 

 

Site Web:  https://citoyensaupouvoir.ca/

Adresse : 2135 Boulevard, des Chutes, Québec, (Qc) G1C1W4

Courriel : citoyensaupouvoir@gmail.com

Tel : 1-418 999-7296

10 réflexions sur “ Plateforme Campagne électorale 2018 ”

  1. Bonjour Citoyens au pouvoir, je ne sais plus si j’ai remplis le formulaire pour devenir membre?

    Est-ce possible d’avoir une confirmation?

    Merci beaucoup!

    Répondre

  2. Très, très, très intéressant. Je rêve déjà au jour de voire ce partit au pouvoir.

    Répondre

    1. Merci Juste une chose dans votre article nous sommes pas vraiment souverainistes mais nous ne la rejetons pas non plus.voir le site web question réponse.

      Répondre

  3. J’aimerais savoir si il y a un candidat en Outaouais ? Et si oui, qui est t’il ?

    Répondre

    1. Bonjour nous sommes toujours en période de recrutement présentement et a partir du mois prochain nous commencerons a diffuser le noms des candidatures pour chaque circonscription.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *