Il est temps de cesser ce tournage en rond et de réformer nos institutions politiques en profondeur

Texte de Stéphane Blais chef par intérim du Parti Citoyens au Pouvoir du Québec.

Nos solutions politiques, économiques et sociales passent-elle par des solutions qui relèvent des concepts de gauche/centre/droite?

Chez citoyens au pouvoir du Québec, nous sommes d’avis que la transparence totale, la compétence, le jugement appliqué à un contexte donné et un système conçu pour faire place à l’intégrité est un système-clé fondamental qui donne des résultats concrets. Bien entendu, nous y appliquons toujours le concept de démocratie participative. Le modèle démocratique suisse est certes un modèle que Citoyens au pouvoir du Québec voudrait un jour implanter au Québec le jour un de son accession au pouvoir. Mais tel n’est pas le sujet de ce billet.

Des pays comme les pays scandinaves (interventionnistes identifiés à la gauche) et la Nouvelle-Zélande (prônant l’intervention minimale de l’Etat, philosophie à droite du centre) prouvent que tendre vers un système transparent, c’est payant économiquement et socialement.

À titre d’exemple, la Nouvelle-Zélande a une dette nette pratiquement nulle et une économie qui fonctionne avec très peu de recours aux subventions.

(Suggestion: voir l’émission un «oeil sur la planète : Nouvelle-Zélande» sur
You Tube)

Quant au succès de l’État plus interventionniste, voir un «oeil sur la planète : Suède» et «oeil sur la planète : Norvège».

La Suède est modèle de contrôle des dépenses grâce à la transparence totale et la Norvège est un modèle de société qui pense à long terme en utilisant le pétrole (ressource naturelle) pour investir sur sa population actuelle et les générations qui vont suivre. La dette nette de la Norvège était négative en 2015, ce qui veut simplement dire que ses actifs financiers (encaisse, recevables et placements quasi-liquides) étaient supérieurs à la dette totale du pays. Pas mal pour un pays dit «socialiste». En fait, les norvégiens ont compris la différence entre le socialisme et le «socialisme à crédit» ! Ce qui n’est pas notre cas au Québec …nuance…mais nous avons tout ce qu’il faut pour ressembler à la Norvège. Il ne manque que la volonté politique d’agir avec transparence, intégrité et avoir une vision du Bien Commun pour garantir un avenir aux générations qui vont nous suivre.

En ce qui a trait à la transparence et la saine gestion, on est loin de la coupe aux lèvres au Québec (Idem pour le Canada). Manque-t-on d’idées au Quebec. Non!
Manque-t-on de transparence et d’intégrité dans notre domaine public? Définitivement. D’où la nécessité d’en finir avec le renouvellement d’une classe politique carriériste au service de ses propres intérêts et ce, à nos dépens.

Le mot <Pitoyable> est un euphémisme en ce qui a trait à la transparence et à l’intégrité dans nos instances publiques au Québec. Il est temps de cesser ce tournage en rond et de réformer nos institutions politiques en profondeurs.

Conclusion:

Il faut cesser ce tournage en rond stérile. Faisons preuve de jugement, copions des modèles réels existants (et non théorique) qui font leur preuve puis agissons !

Cet automne, donnez votre confiance à l’équipe de Citoyens au pouvoir du Québec. Donnez-vous la démocratie directe, la transparence totale et une réforme en profondeur de nos institutions.

Comme le dirait un dénommé Anthony Robbins : « pour changer les choses il faut de la dévotion, de la conviction profonde et des actions massives!>

Vous avez désormais une alternative pour changer les choses avec Citoyens au pouvoir du Québec. Agissons ensemble.

Stéphane Blais, CPA, Chef par intérim de Citoyens au pouvoir du Québec.

https://m.youtube.com/watch?v=xkjhgcwuI78

 

 

https://m.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=mJB0wtv8WIw

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *