De père en fils, le cadeau empoisonné des Trudeau !

De père en fils, le cadeau empoisonné des Trudeau !

La dette du Canada atteint aujourd’hui plus de 636 milliards de dollars et semble faire partie du paysage économique depuis toujours.

Le Canada n’a pas toujours été aussi ridiculement endetté. Entre 1867 et 1974, la dette canadienne atteignait un maigre 21,6 milliards de dollars. Pourtant, durant cette période de 107 ans, la nation canadienne a dû composer avec des dépenses colossales.

Attaboy! Ça, c’était de la saine gestion! Puis vint le «coupable»: Pierre Elliott Trudeau…

En 1974, Pierre Elliott Trudeau, en compagnie de son ministre des finances John Turner, accepte la proposition du G10. Le groupe des «groupe des dix plus grands pays riches» nommé (G10) crée donc le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. De cette réunion sort ce consensus machiavélique.

Pierre-Elliott Trudeau a fait la folie de déléguer la souveraineté monétaire du Canada à un groupe de banquiers privés internationaux. Depuis c’est le scandale, qui ne cesse de scandaliser tous les scandalisés du Canada et pour cause.
En 2014-2015, les intérêts payés sur la dette canadienne ont dépassé 60 milliards de dollars, un record. Pendant ce temps en 2015 les banques canadiennes ont engrangé un bénéfice net record de près de 35 milliards de dollars . Coïncidence?
Depuis, les intérêts qui devaient revenir dans nos coffres, sont aux profits des banques privées.

Si le peuple comprenait notre système bancaire et monétaire, il y aurait une révolution avant demain.» – H. enry Ford.
Alors Qui sera l’homme assez courageux pour dire que la «Trudreauscroquerie» de 1974 a assez duré?
Le citoyen a ce pouvoir d’arrêter ce «Trudeaucarnage». CAPDQ 2018

http://m.quebec.huffingtonpost.ca/dominic-goulet-lapointe/cadeau-empoisonne-des-trudeau_b_12689064.html

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *