Texte de Lyne Berthelet

Je réfléchissais en me disant, quel mot serait le plus juste pour définir ou relié tout les partis politiques. Un seul mot m’est venu en tête, c’est le mot CULTURE. La culture du viol, la culture du viol de nos lois, la culture du viol de nos droits, la culture du viol de notre identité.
C’est un constat assez pathétique, mais si j’analyse chacun de ces viols j’en viens à me dire qu’il n’y a pas d’autre mot assez puissant pour définir la situation telle qu’elle est aujourd’hui.

 

Si j’analyse la culture du viol de nos lois : Je ne peux passer sous silence, la violation de nos lois en matière d’immigration. Quand notre propre Gouvernement, ne voit pas l’intérêt de respecter ces propres lois qu’il a lui-même instaurées en matière d’immigration, comment puis-je moi-même comme simple citoyenne, respecter mon gouvernement ? De voir mon Gouvernement mettre en situation de danger ma personne, celle de l’état, j’ai un doute sur la gouvernance et encore plus sur l’intelligence du gouvernement a bien gérer le pays, la province, la ville. Lorsque, je vois que plus de 40 % de ces gens inadmissibles aux conditions d’immigrations et que le Gouvernement ne semble pas s’en soucier outre mesure, je ne peux m’empêcher de croire et de dire, qu’il est temps que ca change. Lorsque je vois un Maire, décréter une ville** ville Sanctuaire**, sans consultation citoyenne, j’ai un problème avec cette réalité. Forcé de constater, que nous ne sommes plus, depuis longtemps, dans une démocratie, mais bien dans une dictature. J’ai décidé et c’est comme çà que ça va être, voila ligne de penser de Coderre, Couillard et Trudeau et tout ceux et celles qui adoptent cette même ligne de penser Libérale.

 

Si j’analyse la culture du viol de nos droits : Nous avons choisi de vivre dans la Laïcité. De voir des dizaines de personnes, bloquer les rues pour faire leur prières, j’ai un problème avec ça, de voir ces même personnes, s’emparer de salle de réunion en milieu de travail pour faire leurs prières, j’ai un problème avec ca. De voir encore pire ces même personnes gémir leur croyance dans un lieu public, j’ai vraisemblablement un problème avec ça. Comme si cela n’était pas suffisant, de voir un chef aspirant de parti, porter le Kirpa (signe religieux) et de scander les valeurs Québécoises, j’ai un doute sur la véracité de ces dires et la capacité de comprendre se que nous voulons comme société Laïc. Car cette Laïcité ne devrait même pas laisser transparaître ces signes, je n’ai pas non plus besoin de crucifix pour définir ma foi … Alors pourquoi s’attarder sur ces détails ? Les lois en matière de Laïcité ne devraient –elle pas, être les même pour tlm ? Bien sur que non, du moins, pas dans la vision de notre gouvernement. Lorsque tu te pose la question à savoir si tu dois ou non retirer un crucifix du salon bleu, c’est que tu ne peux dissocier la politique de la religion et vis et versa… Est-ce juste moi, simple citoyenne qui a compris que se sont 2 entités a part entière et incompatibles ?

 

Si j’analyse la culture du viol de notre identité : Si j’analyse le logo de QS au 2/3 bleu et 1/3 rouge, que dois-je comprendre? Qu’ils sont au 2/3 séparatistes avec une réserve et un regard évident sur le fédéralisme ? C’est un peu comme être assis entre 2 chaises. Aucune identité nette, franche, tout comme leur discours. Lorsque je vois des femmes scander leurs valeurs et droits à porter le voile intégral, qu’importe le nom qu’on lui donne à ce voile, je ne peux m’empêcher de voir que notre identité prend le large. Tantôt elles utilisent cette forme régressive d’identité, en affirmant que ca fait parti de leurs valeurs, tantôt c’est religieux, pour obtenir l’accommodement à se voiler la réalité d’une démocratie et de la libération de la femme sous toute ces formes. Comme citoyenne, si je ne peux identifier l’identité de mon interlocuteur (trice), j’ai un sérieux problème avec ma sécurité. Je pourrais continuer longtemps comme ca, mais je crois que vous comprenez le but de mon message.
Pour terminer, j’ajouterais, que je refuse que l’on me colle l’étiquette de la personne avec un esprit fermé, de racisme, de xénophobe, islamophobe, pour des droits et des lois que j’ai acceptés. J’ai accepté de vivre en démocratie et non sous un régime a l’image d’Hitler.

 

C’est pourquoi j’ai choisi, de supporter Citoyens au pourvoir, le seul parti sans en être un, pouvant me donner l’opportunité de faire respecter mes droits, mes lois et de retrouver mon identité.